Justice et grâce de Dieu

obelic

Pour le dernier article de l’année 2015, nous donnons la parole à l’un de nos étudiants FBSA, Frédéric Nicolet.

Le « mélange » de justice et de grâce qui caractérise Dieu continue de m’interpeler et de m’émerveiller.

En effet:

  • Dieu est parfaitement juste
  • Dieu est plein de grâce

… et pourtant, la justice ce n’est pas la grâce…

… même plus: la grâce, ce n’est pas juste !

Justice et grâce: 2 attributs qui sont à première vue incompatibles !

Il suffit, pour bien comprendre la tension qu’il y a entre ces 2 attributs, d’imaginer un criminel condamné à 10 ans de prison (justice) sortant libéré après seulement 2 ans parce que le président de la République l’a gracié: ce n’est pas juste à mais c’est de la grâce !

Si la grâce de Dieu envers les non-croyants m’émerveille, parce que Dieu est toujours prêt à offrir le cadeau de la grâce à qui se repent, il m’a fallu un peu plus de temps pour imaginer comment ressembler à Dieu dans ces attributs. Je ne suis pas un « intellectuel », et la représentation des choses spirituelles par des exemples de la vie de tous les jours m’aide à les assimiler. Finalement, Jésus n’a-t-il pas enseigné à de nombreuses reprises par des paraboles ?

Donc, pour ce qui est de « justice » et « grâce », je vous propose une image: celle du corps humain, notre corps, constitué d’un squelette et de chair.

  • Le squelette, c’est comme la justice: c’est solide, rigide, inflexible, ça ne change pas, … et c’est indispensable pour que le corps tienne debout …
    … sinon, on serait des limaces… et les limaces, elles prennent la forme du monde dans lequel elles évoluent !
  • Mais autour du squelette, il y a de la chair, des muscles, des nerfs, etc.: c’est comme la grâce. Bien entendu, en regardant un individu, on reconnaît la forme de son squelette, mais il est enrobé de chair.
    Et la chair est aussi indispensable que le squelette:

    • c’est ce qui permet à l’ensemble de bouger (muscles), d’aller à la rencontre de l’autre; c’est ce qui donne de la dynamique (alors que le squelette est statique)
    • c’est ce qui permet de ressentir les choses et/ou les autres: les voir, les toucher, leur transmettre chaleur et douceur, …
    • c’est ce qui permet aussi de s’adapter à l’autre (si je sers la main à quelqu’un, ce ne sont pas simplement 2 tas d’os qui s’entrechoquent (!), mais chacun s’adapte à l’autre, prend un peu la forme de l’autre, tout en gardant la forme d’une main).

Pour ressembler à Christ, pour être porteur comme lui de la justice et de la grâce, veillons à maintenir notre corps en bonne santé … avec même un peu d’embonpoint (pour une fois, ce n’est pas mauvais !).

Dans mon enfance, on disait d’une personne un peu enveloppée: « il est fin gras ». J’avoue que ce n’est pas une expression d’une élégance extraordinaire, mais je reprends cette expression pour nous encourager à être enrobés de gras-âce …
… à être « fin grâce » !!

Veillons donc à développer une ossature solide (= notre foi basée sur la connaissance de Dieu et de sa Parole), tout en étant enrobés de grâce, ce qui nous donnera la dynamique, un élan pour le prochain, pour aller à la rencontre de l’autre, en s’adaptant dans la mesure du possible à sa culture, à sa personne, en cherchant à comprendre qui il est, et en transmettant un peu de ce qui nous habite (je l’espère !): l’amour de Dieu

  • Sommes-nous « fin grâce » pour les réfugiés, les SDF, les laissés pour compte, les marginaux dans nos sociétés ?
  • Nos églises sont-elles « fin grâce » pour accueillir ces mêmes personnes, et non seulement les « propre-en-ordre » ?

Justice et grâce: que nous puissions vivre pratiquement et chaque jour ces 2 éléments, en ressemblant à notre Modèle, et en le remerciant pour la valeur que nous avons à ses yeux: celle du prix de Sa grâce !

Prise de position face à la migration en Europe

Nous vous invitons à découvrir deux textes rédigés par nos responsables d’Église et disponibles sur notre page « Textes à télécharger«  dans la rubrique « Paix/non-violence ».